Créations célèbres

 

Le Théâtre du Jorat est inauguré en 1908 avec une œuvre de René Morax : Henriette.
Suivra Aliénor en 1910 (qui deviendra un best-seller du Jorat, puisque repris en 1926, 1965 et 1987 !), Dès lors, le Théâtre du Jorat monte un spectacle tous les deux ans environ, sauf pendant les deux guerres mondiales. C'est ainsi que 15 œuvres seront créées entre 1908 et 1947, en présence régulière des plus hautes autorités du pays. Le Conseil Fédéral in corpore s'est même plusieurs fois déplacé.


Quelques œuvres sont restées célèbres, comme Le Roi David, texte de René Morax, musique d'Arthur Honegger (1921), et La Servante d'Evolène, texte de René Morax, musique de Gustave Doret (1937). Dès 1950, de nouveaux auteurs apparaissent : Jean Villard Gilles, Samuel Chevallier, Géo-H. Blanc, Jean-Daniel Bovey, Jean Anouihl, Henri-Charles Tauxe, Emile Gardaz...

Parallèlement aux œuvres nouvelles, dont le succès n'est pas toujours assuré, on reprend régulièrement des pièces du répertoire de Mézières, mais une certaine désaffection du public apparaît. Le Théâtre du Jorat a de la peine à trouver un second souffle.

En 1986, le TML Opéra de Lausanne, alors sous la direction de Renée Auphan, présente pour la première fois un opéra à Mézières, Le Couronnement de Poppée, un opéra baroque de Claudio Monteverdi, dans une mise en scène de Patrice Caurier et Moshe Leiser. Un triomphe, grâce auquel le Théâtre du Jorat se profile au niveau international. Le TML Opéra de Lausanne présentera ensuite, et très régulièrement, des opéras à Mézières - jusqu'en 1998.
En 1987, le comité nomme Jean Chollet à la direction du Théâtre. La page des miliciens, prenant entièrement à leur charge la gestion du théâtre, est tournée.

Une saison complète est mise en place chaque année, d'avril à septembre le plus souvent. Des accueils romands, mais aussi parisiens, ainsi que des créations, comme Le Bourgeois gentilhomme, de Molière (1988), César Ritz and Co, de Bernard Bengloan, dans le cadre du 700ème anniversaire de la Confédération (1991), puis Christophe Colomb, de Jean Naguel, Farinet, de Charles-Ferdinand Ramuz ou encore Zorba le Grec, de Nikos Kazantzaki.

En 2008, pour le 100ème anniversaire du Théâtre du Jorat, Jean Chollet écrit et met en scène M. René et le Roi Arthur, qui évoque l'histoire de la Grange sublime.